Nous contacter ?

aeropartage@free.fr

​Ou nous trouver ?

 

AEROPARTAGE / co CORSAIR

2 PLACE DE L'EQUERRE

94150 RUNGIS

Association loi du 1er juillet 1901
Numéro de siren : W943000541
Statuts de l'Association

20/06/2017 - Jour 2

 

Au réveil, après un café chez Christine, qui est déjà partie à l’école. J’ai un RDV vers 9h pour aller à Fimela, voir le maire, et lui remettre la lettre de Grand Henri.

10h30, Sénégalaisement, départ pour la mairie de Fimela avec Omar, le conducteur de taxi.

Arrivés devant la mairie, je prends le temps de boire un café Touba dans un restaurant de 5m² (et c’est gentils) entièrement fermé (Ramadan oblige).

11h30, je rencontre Karim, le maire, qui arrive sénégalaisement à l’heure pour le RDV prévu à 9h30. Heureusement, j’étais à l’heure, car c’est un homme très occupé.

Après avoir salué tout le conseil municipal, qui va très bien merci, j’arrive dans le bureau du maire aux alentours de 12h30. Entre deux appels téléphoniques, il prend le temps de lire la lettre.

Il exprime son désaccord sur le comportement d’Hamed, et m’informe qu’il va le convoquer pour une explication..

Il demande également à ce qu’une convention de partenariat soit signée entre Aeropartage France et la mairie de Fimela.

Il demande  un justificatif de création de l’association en France afin de convoquer le conseil pour trancher sur cette affaire.

Il confirme avoir attribué la parcelle à Aeropartage Taw Feex, car Hamed a été le seul à effectuer des démarches officielles, et parce qu’il représente la branche sénégalaise de l’association.

Il m’ apprend également que la pièce attendue de France pour réparer les canalisations et ramener l’eau est “en chemin”.

L’entretien prend fin et le maire tient à me montrer la salle de réunion ou le conseil se réunit, Je rejoins le taxi… 13H15.

Je vais déjeuner aux Cordons bleus. Christine m’apprend que la propriétaire de la maison qu’elle loue va venir, et que je dois donc partir. Lionel m’invite gracieusement, à la demande de Christine, à venir loger chez lui, ce que j’accepte avec grand plaisir.

Après manger, je déménage mes affaires chez Lionel, et réalise (Oh joie) que lui aussi a une citerne privée. La douche, quel bonheur !

 

Conformément à mes engagements, je retourne à la Palangrotte (où je vais également retrouver Semou “Byfall”) pour finir de décortiquer le problème, non sans être d’abord passés au Pic Boeuf pour en parler avec le président de l’association, afin de trouver une solution en amont, ce qui semble à priori impossible.

Arrivés à la Palangrotte, la tension est palpable. Suite à une longue discussion, je décide de payer les 25% d’acompte prévus lors de la signature du contrat, comme si je n’étais pas venus du tout (ce qui fait 7 500F CFA de plus que ce qui a déjà été payé).

Suite à une conversation téléphonique avec la trésorière de l’association en France, à qui nous rappelons les lois, l’accord sur cette option est décidé et accepté par eux tous. Affaire réglée.

Je demande à Semou de me décortiquer une sortie en pirogue, dans la mangrove, sur l’île de MarLodj, et l’île aux oiseaux. Décision prise, nous nous donnons RDV pour le lendemain après-midi, et le quittons pour qu’il puisse aller casser le jeûne.

Retour aux Cordons bleus, je passe la soirée à faire des plans du bâtiment, et des dessins des tables, des bancs, des étagères… etc…